Remonter

Education sereine

L’adolescence : un moment insolite

L’adolescence est un moment insolite parfois effrayant autant pour les parents que pour les adolescents eux-mêmes. Alors, pour en savoir un peu plus sur l’adolescence et comment vivre sereinement celle de nos enfants, nous sommes allés à la rencontre de Quokka, une association qui réinvente le rôle des parents pour soutenir les ados dans leurs projets. Nous avons eu la chance de passer un moment avec sa fondatrice, Florence Meyer. Merci ! 

Quokka

Quokka, c’est quoi ? 

Quokka est créée par et pour des parents et leurs ados. C’est une association qui veut ré enchanter la communication entre les parents et les adolescents. Nous avons créé des outils pour optimiser la relation entre les parents et les ados, la scolarité et l’orientation, des outils pour faire face à la vie. 

Qu'est-ce qui vous a donné l'envie de créer ce site ?

L’association Quokka s’est créée naturellement, au carrefour de mon parcours personnel, de mon activité professionnelle et du ressenti des besoins des parents. Ce sont mes filles qui ont impulsé la concrétisation de Quokka. Elles me voyaient plus épanouie en accompagnant les parents de leurs copines que dans mon job de chercheur puis de mes différents postes chez Bayard. Après ma formation de coach, j’ai développé des outils et inventé le mot d’éveilleur qui correspond à ce que je ressens quand parents et ados s’éveillent l’un à côté de l’autre. L’éveil est la première démarche, le réseau la suivante. Il faut les 2 pour avancer dans la vie. Donner du réseau, à des ados qui n’en n’ont pas, est devenu le cheval de bataille solidaire de Quokka.

Pourquoi vous focaliser sur l’adolescent ? 

L’adolescence est une seconde naissance. J’ai un peu l’impression de devenir une « sage-femme » de l’adolescent. Voir un adolescent sourire de ce qu’il a trouvé de lui-même, c’est splendide. Le plus difficile est de faire comprendre à un parent que l’on ne peut pas « sauver un ado » contre sa volonté. Il faut l’amener à devenir acteur de sa vie. Par contre le parent reste le principal partenaire et référent de l’ado, il est donc important de travailler avec le parent sur ce qu’il peut transmettre. 

Croyez-vous aussi que "tout se joue avant 6 ans" ? 

Rien n’est joué à aucun moment de la vie.

Nous vivons dans un pays où les possibilités sont multiples, où nous nous construisons à travers la rencontre avec nous-mêmes et les autres. Quand aux apprentissages ils sont possibles à tous les âges, le cerveau le permet.

Comment aider un jeune qui ne sait pas ce qu’il veut faire plus tard, comme c’est le cas pour beaucoup de nos ados ? 

Il faut partir du postulat inverse. Tout peut être intéressant parce qu’on ne connaît rien. Il faut donc trouver des domaines qui peuvent les stimuler, en accord avec leurs traits de caractère. Il y a plus de 36000 métiers !

Alors il faut leur poser des questions ouvertes : quel environnement a-t-il envie d’avoir (car les métiers sont voués à évoluer ) ?  Comment se voit-il içi et maintenant et qu’a-t-il envie d’emporter avec lui vers l’avenir ? Quelles sont ses compétences ? Quels sont les talents qu’il aimerait développer ? En quoi cela le rendrait plus heureux ?

L’enjeu est d’amener l’ado à s’approprier son propre questionnement afin de l’emporter tout au long de la vie.

Face à un élève qui ne travaille pas, il ne sert à rien de lui dire « travaille ! ». Là aussi, il vaut mieux lui poser des questions ouvertes :

Et surtout, ne pas être dans l’urgence ! Il est important de laisser du temps à la réflexion. Au collège, on est dans le monde des possibles, il faut juste recentrer le travail sur des motivations intrinsèques : Qu’est-ce que je ressens quand je me vois réussir ? Quelle note ai-je envie d’avoir ?

Que pensez-vous de l’orientation en fin de 3ème ? 

Le mot orientation ne devrait pas exister à l’école. On devrait parler de CHOIX.

L’association est là pour aider l’adolescent à affiner ses choix, l’aider à se poser des questions. Le rendre actif dans sa démarche l’aide dans sa scolarité car il se pose du coup des questions sur ce qu’il apprend.

Nous aidons les jeunes à passer du rêve à la réalité, à donner du sens à leurs rêves. S'orienter ne se résume pas à lire son bulletin de notes mais à trouver avec lui son sentiment d’efficacité personnel, c’est-à-dire son fonctionnement pour réussir, en étant lui-même et en trouvant sa place.

L’adolescent doit comprendre que ce n’est pas l’école qui va décider pour lui. Il est le maître à bord. Et les erreurs sont utiles et rattrapables même si on peut mettre du temps à les rattraper. 

Quelques lectures ? 

Pourriez-vous recommander aux parents quelques livres pour les aider à accompagner leurs enfants lors de cette période qui n’est pas toujours facile à vivre, ni pour eux, ni pour leurs ados ? 

Un livre pour les parents avec un langage simple, comme une conversation. 

Une clef essentielle pour élever un ado ? 


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie