Remonter

Français

Oral du Bac de français

E.A.F - Epreuves Anticipées de Français : terme officiel désignant le « bac de français ».

Il a lieu à la fin de l’année de 1ère, en deux temps : une épreuve écrite puis une épreuve orale. Les coefficients varient selon la nature de la série.

coef. 2 pour les séries ES et S
coef. 3 pour la série L

coef. 2 pour les séries L, ES, S

En quoi consiste l’épreuve orale ?

L’épreuve comprend deux exercices, noté chacun sur 10 points.

A quoi sert la fameuse liste de bac ?

Chaque professeur élabore pendant l’année la fameuse liste de bac, qui récapitule les textes étudiés et les activités proposées à la classe.

Les examinateurs reçoivent les listes des candidats qu’ils interrogeront dès le début du mois de juin et peuvent ainsi préparer des questions adéquates.

iStock_73610113_SMALL

Pas question d’entendre de la part des candidats que tel ou tel texte de la liste n’a pas été travaillé ! Ils ne découvrent pas le document le jour J, les élèves ont connaissance de ce que contient la liste et ont eu le temps de se préparer à l’épreuve.

Cette liste est un document que votre enfant a à sa disposition tout le temps de l’épreuve, préparation comprise, tout comme l’ensemble des textes étudiés, sans ajout de notes explicatives évidemment !

Pour aider votre enfant à se préparer à l’oral, il faut s’appuyer sur cette liste.

Vous pouvez lui demandez de justifier l’intérêt de tel ou tel texte dans une séquence, ou ce qu’il répondrait aux problématiques formulées par le professeur ou encore de justifier quel texte lui a semblé le plus intéressant.

Comment se passe l’exercice de l'explication de texte ?       

Quand votre enfant entre dans la salle, l’examinateur annonce sur quel texte porte le commentaire et indique à quelle problématique devra répondre l’explication. Si la question n’est pas claire, votre enfant peut demander à ce qu’elle soit reformulée ou, mieux, vérifier qu’il l’a bien comprise en la reformulant lui-même.

Vient le temps de préparation...

Même si la problématique retenue n’est pas celle du cours, pas besoin de tout reprendre de zéro !  Il s’agit de faire coïncider les connaissances que votre enfant a du texte avec la problématique choisie par l’examinateur.

Souvent on peut remanier le plan appris. Un peu comme on le ferait avec les pièces d’un puzzle, on réorganise la démonstration à partir de ce qu’on a appris.

Il faut donc bien maîtriser le cours !!!

Le « petit plus » est de rebaptiser les différentes parties du plan en réutilisant les mots-clefs de la problématique, pour souligner le lien entre la question et le plan choisi.

Une simple récitation du cours est insuffisante, on attend que l’élève adapte et organise son propos à la question choisie.

Comme à l’écrit le commentaire s’organise en plusieurs temps : introduction, développement en 2 ou 3 parties, conclusion.

L’introduction doit situer le texte étudié dans un contexte historique et littéraire (époque, mouvement littéraire de l’auteur), et dans une œuvre. Votre enfant montre ici ses connaissances.

Quand il a donné tous les éléments nécessaires à la compréhension du texte, il lit le passage. On attend une lecture expressive, qui mette en valeur les formules clefs du texte.

Lorsqu’il en vient à l’annonce du plan, il montre sa compétence à adapter ses connaissances au sujet.

Le développement clarifie le sens du texte. L’élève doit montrer qu’il a compris ce qui faisait l’intérêt du passage étudié. C’est d’ailleurs une bonne question à se poser pendant l’année : pourquoi ce texte précisément ? pourquoi le professeur l’a-t-il choisi ? quel est son lien avec le thème étudié ?

Le propos doit être justifié par des citations courtes et précises, et par l’analyse de procédés d’écriture comme le choix du point de vue, la structure du passage, le temps des verbes, les figures de style, le lexique, etc.

L’explication doit apparaître non pas comme une suite d’impressions de lecture «  je sens que », « j’ai l’impression que », « c’est comme si… » mais comme une démonstration : « tel procédé indique que ».

La conclusion comprend deux temps : récapitulatif et réponse claire à la question posée puis ouverture justifiée explicitement sur un autre texte ou document. On parle d’ouverture car l’examinateur peut choisir de rebondir sur cette référence pour démarrer l’entretien.

Il y a peu d’occasion pendant les cours pour les élèves de se livrer à l’exercice en temps réel, or rien ne vaut la pratique pour améliorer ses compétences d’orateur !

Vous pouvez donc jouer un rôle précieux en tenant le rôle d’auditeur. Nul besoin d’être un spécialiste de la littérature pour évaluer la qualité de la lecture, la clarté du propos et la durée de l’exposé ! Vos remarques de parents – incompréhension de tel ou tel point, identification d’un tic de langage, mauvaise gestion du temps – sont nécessaires pour progresser.

Comment se passe l’entretien ?


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie