Remonter

Philosophie

Autrui

Autrui est une notion au programme qui fait partie de l’ensemble des notions regroupées sous l’intitulé « le sujet ». Elle est « réservée » aux séries L et ES et n'apparaît pas dans la série S, bien qu'elle puisse y être abordée, à l'occasion par exemple d'une leçon sur la conscience ou sur le désir. 

La notion "autrui"

Cette notion qui peut bien sûr être traitée de manière spécifique est souvent abordée en lien avec la notion de conscience.

En effet, une question importante est généralement posée dans le cours sur la conscience, celle de savoir si la conscience de soi passe nécessairement par autrui, autrement dit si je peux être « moi » sans l’autre. 

Si le cours sur la conscience a déjà eu lieu, l’élève a normalement abordé la notion d’autrui. Il en va de même pour le cours sur le désir, puisque la notion de désir suppose qu’à un moment, l’élève se soit interrogé sur la place occupée par les autres dans la construction de nos désirs, et si le désir, en particulier amoureux, ne porte pas sur un autre que nous mêmes. 

Ainsi, je choisis de me centrer ici sur une problématique plus spécifique, celle de savoir si une connaissance d’autrui est possible et à quelles conditions. 

L’élève doit en effet comprendre que la notion d’autrui ne s’applique pas aux choses, ni même aux animaux mais à l’homme seulement. Autrui est donc généralement défini comme un  

Autre moi qui n’est pas moi.  

Sartre

Van Gogh_autrui_philo

Il est à la fois celui qui me ressemble et celui qui est différent de moi. Il me ressemble dans son humanité, je peux donc le reconnaître comme un semblable (par son corps semblable au mien, par le fait qu’il me réponde quand je lui parle) mais je suis aussi « loin » de lui.

L’élève peut retenir que le sentiment de pitié est bien représentatif de la relation particulière que j’entretiens avec autrui :

Il s’agit donc de montrer que la différence qui existe entre moi et autrui n’est pas une simple différence parmi d’autres (comme la différence culturelle ou la différence de caractère) mais une différence radicale : autrui n’est pas moi, il est absolument autre que moi. Il possède quelque chose que je ne peux posséder, il a sur le monde un point de vue unique et qui lui appartient ; je ne peux le connaître que de manière indirecte, par les signes extérieurs qu’il me montre (ses comportements, ses paroles, ses actes) mais je ne peux accéder à son intériorité, je ne peux pas lire à travers lui comme dans un livre ouvert.

Ainsi, nous disons souvent que nous connaissons quelqu’un, et que nous le connaissons « par cœur », mais cette évidence d’une connaissance d’autrui doit être fortement nuancée car en un certain sens, je ne peux pas connaître autrui comme je connais un élément de la nature, de manière objective et rationnelle : je ne peux pas « en faire le tour », ni même prévoir ce qu’il va faire.

Cette idée que l’autre serait inconnaissable fait souvent réagir les élèves, car elle remet en question une sorte de croyance profonde et une vision un peu « idéaliste » de nos rapports avec les autres. 

Il s’agit alors de comprendre qu’autrui apparaît comme un 

  

être de fuite 

Proust

Il m’échappe, parce qu’il se définit de l’intérieur, par sa conscience et sa liberté. L’élève peut ainsi mieux appréhender ce qui rend difficile nos relations avec les autres, y compris avec les plus proches, les amis, les amants, les enfants et comprendre par la même occasion l’importance de la confiance dans les rapports humains, comme alternative à la volonté de « posséder » l’autre et/ou de le dominer. 

La mise en perspective de la notion 

La notion « autrui » peut être particulièrement mise en rapport avec les autres notions de la partie du programme intitulée « le sujet » :

Cependant, elle peut aussi être rattachée à d’autres notions du programme, en particulier à :

Vous pouvez proposer à votre enfant de confronter la notion « autrui » à d’autres notions du programme, à travers des questions qu’il pourra formuler lui-même, par exemple autrui et les échanges : toute relation à autrui est-elle un échange ? Cela peut aider votre enfant à faire des liens entre les différentes notions et parties du programme. 

Quelques textes philosophiques à connaître 

On peut trouver dans la philosophie classique quelques textes en référence à autrui, mais cette notion a été spécifiquement traitée par les philosophes du XXème siècle, dans des œuvres qui peuvent être difficiles d’accès pour vos enfants. 

Aussi, je conseillerai ici quelques extraits particulièrement célèbres et accessibles, mettant en lumière les différentes facettes de cette notion, extraits que votre enfant peut facilement trouver dans des manuels de terminale ( série L et ES ). 

Cette célèbre pensée de Pascal met en lumière la difficulté à saisir l'identité personnelle, c'est-à-dire à définir le « moi ». Elle fait apparaître le moi comme réalité singulière mais aussi fuyante. Mais alors, si le moi est indéfinissable, comment pouvons-nous parvenir à connaître autrui, non seulement pour ce qu'il laisse apparaître (ses « qualités » physiques ou intellectuelles ) mais pour ce qu'il est ? 

Ce texte de Rousseau invite à réfléchir sur le sentiment de pitié comme un sentiment fondateur de ma relation à l'autre: l'expérience du sentiment de pitié montre en effet ma capacité à m'identifier à lui, et ouvre la possibilité de l'appréhender comme un semblable en humanité. 


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie