Remonter

Philosophie

La technique

La notion de technique figure dans la partie du programme intitulée « la culture ».  

La technique est généralement couplée avec le travail mais je choisis d'en faire un traitement spécifique à travers deux axes de réflexion :

Définition et conceptualisation de la notion de technique 

Placer la notion de technique dans le champ notionnel de la culture n'est pas anodin ! 

Les élèves pourront s'approprier l'idée que la technique possède une dimension culturelle. Si la culture désigne en effet de façon très large tout ce que l'homme ajoute à la nature, la technique en fait donc bien partie. L'homo « faber » ( littéralement, celui qui produit, qui fabrique ) est d'abord celui qui transforme le monde, en s'aidant d'un certain nombre d'outils qu'il invente, de règles, de méthodes, de savoirs-faire.

Il humanise le monde pour le faire sien, il projette ses facultés intellectuelles dans la matière extérieure pour lui donner une forme selon des buts qu'il s'est fixés (voir la fiche sur le travail).

L'élève retiendra cette définition de la technique comme l'ensemble des moyens et des procédés artificiels mis en œuvre par l'homme pour transformer le monde selon sa volonté, produire des objets durables (un outil par exemple) et obtenir des résultats utiles.

Une des premières fonctions de la technique est de faciliter le travail humain.  

L'élève sera donc invité à réfléchir sur tout ce que l'homme met en place pour faciliter son travail, de l'outil à la machine. Il devra être en mesure de distinguer un outil et une machine, les machines contemporaines étant devenues pour la plupart la matérialisation d'un modèle mathématique (par exemple : l'ordinateur).

Enfin, au terme de cette première étape dont le but est de cerner le champ délimité par la notion de technique, l'élève pourra intégrer une idée importante : puisque la technique est, selon son sens premier, un « savoir-faire », elle n'est donc pas que l'habilité dans le maniement d'un outil, ou dans l'application d'une méthode. 

La notion de technique en philo Terminale

Elle est un « savoir » et un « faire »

Autrement dit, toute technique, comme maîtrise ou comme invention technique, repose sur une certaine connaissance ; elle est, selon le sens qu'Aristote donne au mot grec de techné, une science qui fait advenir quelque chose, une connaissance capable de produire un objet qui n'existe pas comme tel dans la nature. 

Elle produit une forme artificielle, un objet utile, dont on pourra se servir, mais aussi un objet « inutile » comme l'est une œuvre d'art, qui n'est pas un outil mais qui repose cependant sur une certaine habileté technique (voir la fiche sur l'art).

La technique est donc bien le propre d'un être intelligent, une intelligence inventive et ingénieuse, qui tente de trouver des solutions pratiques à des problèmes pratiques et qui témoigne du souci constant d'améliorer et de perfectionner ses outils.

Quel sens donner à la technique? 

A partir de ce travail de conceptualisation, une autre question émerge alors, celle du sens de la technique.

En effet, nous pouvons être fascinés – à juste titre -  par les inventions techniques, et même par les performances techniques dont l'homme est capable aujourd'hui.

Pour autant, sommes-nous capables de saisir ce qui est à l'oeuvre « derrière » la technique, quelle représentation du monde et de l'homme elle contient, et plus précisément , quelle est la logique à laquelle elle obéit ?

Cette question du sens de la technique est plus difficile à conceptualiser par les élèves.  

Pour tenter d'y parvenir, il me paraît pertinent de les inviter à réfléchir sur la notion de progrès technique, en insistant sur le caractère assez récent de cette idée qui est devenu une sorte d'idéal régulateur (« rien n'arrête le progrès » dit le dicton) de la modernité.  

Elle a pu émerger à partir du moment où la connaissance scientifique a connu une révolution, devenant une conquête de la nature dans toutes ses dimensions, non seulement dans le but de comprendre et de connaître celle-ci, mais dans le but de la modifier et d'agir sur elle.

Les élèves retiendront donc que la technique, désormais indissociable de la science, constitue un système, le système techno-scientifique, et que c'est à la lumière de cela qu'il faut interroger la notion de progrès technique.

Il me paraît important de réfléchir avec les élèves sur l'ambivalence du progrès technique, à la fois source de liberté pour l'homme mais aussi source de nouvelles formes d'aliénations.

Source de liberté

Source de liberté en tant qu'il a permis à l'homme de s'affranchir de certains déterminismes naturels, de vivre mieux et plus longtemps (progrès médical), de travailler et de communiquer plus efficacement et de repousser sans cesse les limites imposées à l'homme par la nature. 

Source d'aliénation

Source d'aliénation, dans la mesure où l'humanité est parvenue à un point de développement technique qui semble ne connaître aucune limite, qui est désormais en mesure de modifier notre intégrité physique et mentale dans le but d'améliorer l'homme lui-même (voir sur ce point le documentaire cité ci-dessous). 

Les élèves retiendront, pour conclure, qu'il ne s'agit pas de diaboliser la technique ni de verser dans une peur irrationnelle du progrès technique, mais de considérer celle-ci à la lumière d'une pensée réflexive, capable d'en cerner la logique et pourquoi pas, de fixer des limites entre ce qui est techniquement possible et éthiquement acceptable.

Ce qui est inquiétant, ce n'est pas que le monde se technicise complètement, c'est que l'homme ne soit pas préparé à une telle transformation.

Heidegger, Qu'est-ce que la technique ?

Mise en perspective de la notion de technique 


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie