Remonter

Philosophie

Le bonheur

Voilà une des notions préférées des élèves et ils sont en général très impliqués dans la progression et la réflexion autour de cette notion centrale dans une année de philosophie. 

La notion de bonheur 

Les questions que soulève une réflexion sur le bonheur sont nombreuses et chacune a son importance.

Je propose ici trois axes de réflexion possibles autour de cette notion, ces trois axes ne pouvant en aucun cas prétendre offrir un traitement exhaustif d'une notion aussi vaste et riche, et profondément ancrée dans l'histoire de la philosophie. 

Qu'est-ce qu'être heureux 

Cette question qui surgit immédiatement est celle de la définition du bonheur : qu'est-ce qu'être heureux ? Et pourquoi les hommes accordent-il autant d'importance au fait d'être heureux ?

Matisse, le bonheur de vivre, 1957

Il apparaît d'abord que seul l'homme se pose cette question, le bonheur est donc intimement lié à une réflexion sur le sens de l'existence (voir fiche sur l'existence) et présuppose l'activité consciente de l'homme, capable de se projeter dans le temps et d'accéder à son intériorité. 

Un premier axe problématique consistera donc à réfléchir sur la difficulté à s'accorder sur la définition du bonheur.

De plus, le bonheur et le plaisir étant intimement liés et souvent confondus, les élèves auront l'occasion de mieux cerner ce qui fait la différence entre le fait d'éprouver du plaisir et le fait d'être heureux ; ils se demanderont alors si une vie de plaisir est nécessairement une vie heureuse. 

 

Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages 

B. d'Aurevilly.

La référence à la pensée d'Epicure peut constituer un point de départ intéressant pour approfondir la réponse à cette question. (voir le texte plus bas).

La question du bonheur et celle des moyens pour y parvenir est en effet une question fondamentale dans la philosophique antique. Et la référence à certains philosophes de l'Antiquité sera d'autant plus intéressante si elle est articulée avec les conceptions contemporaines du bonheur : en effet, si une vie heureuse est communément reconnue comme une vie réussie, comment nos contemporains envisagent-ils de réussir leur vie ? Les élèves objecteront aisément que chacun possède une conception du bonheur qui lui est propre : empreinte de subjectivité, notre idée du bonheur serait-elle, comme le dit Kant, un « idéal de l'imagination humaine » ?

Peut-on être réellement heureux ?

Une fois posée la difficulté à s'accorder sur une possible définition du bonheur (qu'est-ce qu'être heureux ?), un autre axe de réflexion peut être proposé aux élèves : peut-on être réellement heureux ? A quelles conditions l'homme peut-il atteindre le bonheur ? Est-il légitime de faire de celui-ci l'horizon de toute vie humaine, qui, comme tout horizon, resterait intouchable, inatteignable ?

Une telle question renvoie d'abord à une méditation sur le rapport que l'homme entretient avec le temps. Une célèbre pensée  de Pascal (voir le texte et voir la fiche sur l'existence et le temps) dénonce cette idée que l'homme se dispose et se prépare à être heureux, mais se condamne ainsi à ne jamais l'être.

Est-ce à dire qu'il n'y a de bonheur que dans le temps présent ? Qu'attendons-nous pour être heureux ? Cela a-t-il un sens de penser que le bonheur se prépare et qu'il viendrait achever l'existence humaine comme une sorte de récompense ?

Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux  

Camus, Caligula.

Pour approfondir la réflexion, il conviendra de montrer aux élèves que le bonheur est à notre portée, qu'il dépend bien de nous d'être heureux (voir le texte d'Aristote) : l'homme semble ainsi responsable de son bonheur et celui-ci relève d'un engagement de la volonté humaine (voir le texte d'Alain) et même d'un devoir.

Il faut vouloir être heureux pour l'être. En ce sens, un bonheur authentique semble aller au-delà du simple sentiment d'être heureux. Le bonheur se rapporte à une certaine qualité de vie, comme l'a montré Aristote, qui repose elle-même sur certaines actions dont nous sommes responsables.

Mais suffit-il toujours de vouloir être heureux pour l'être effectivement ? On soulignera aussi avec les élèves que le bonheur humain, même s'il n'est pas conditionné par des éléments extérieurs et qu'il appartient d'abord à la sphère de l'intériorité humaine (voir le texte de Marc-Aurèle) dépend néanmoins d'un certain nombre d'éléments que nous ne maîtrisons pas et qui ne dépendent pas de nous, de notre volonté.

La représentation de l'homme heureux comme celui-ci qui serait à l'abri de tout chagrin, de toute infortune, de toute malchance, est donc difficilement tenable. La question de savoir jusqu'à quel point tous ces éléments extérieurs à nous représentent des obstacles au bonheur reste donc posée.

Le bonheur est-il une affaire personnelle ?

Enfin, un dernier axe problématique peut venir compléter les deux précédents : le bonheur est-il une affaire personnelle ?

Chagall, les amoureux de Vence, 1957

Il s'agit ici de montrer aux élèves que le bonheur, bien qu'il comporte une dimension « privée », ne peut se concevoir sans la relation à autrui et sans être mis en perspective avec le cadre socio-politique dans lequel s'inscrit l'individu.

Dès lors, la dimension transversale de cette notion peut être mise en valeur avec les élèves, que l'on peut inviter à réfléchir sur la dimension individuelle et collective du bonheur humain.

Une réflexion sur l'amitié comme condition nécessaire à une vie heureuse peut permettre d' achever de façon intéressante un cours sur le bonheur (voir le texte d'Aristote). 

Il faut à l'homme heureux des amis  

Aristote. 

La mise en perspective de de la notion

Comme il vient d'être souligné, la notion de bonheur est très riche et peut donc être articulée avec toutes les parties du programme.

Elle peut donc, à l'intérieur de certains champs de réflexion et problématiques, devenir l'occasion d'un croisement pertinent – souvent nécessaire – avec de nombreuses autres notions. C'est souvent le cas pour les sujets de dissertation au bac convoquant la notion de bonheur. Je vous propose ici quelques exemples de croisements possibles :

Renoir, le déjeuner des canotiers, 1881

Quelques textes importants sur le bonheur


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie