Remonter

Philosophie

Le devoir

Réfléchir sur la notion de devoir est une bonne entrée en matière pour aborder la partie du programme intitulée « la morale ».

La notion de devoir 

En effet, s'interroger sur le devoir implique de se questionner avec les élèves sur ce qui fait la valeur d'une action humaine. Pour intégrer la valeur de l'action accomplie par devoir, il me semble intéressant de partir des sentiments qui accompagnent le devoir :

On loue à juste titre celui qui a su privilégier le devoir à sa propre vie ( le « héros » ).  La notion de devoir repose d'emblée sur l'idée d'un « oubli » de soi, d'une forme de désintéressement. 

Par ailleurs, les élèves peuvent comprendre que la notion de devoir possède aussi une valeur sociale : le bon fonctionnement de la société humaine ne repose-t-il pas en effet sur la réciprocité des droits et des devoirs ?

Il y a donc dans l'idée de devoir celle d'une obligation : s'interroger sur le devoir, c'est se demander ce que je dois faire, c'est-à-dire à quoi ou envers qui suis-je obligé, tenu d'agir ?

Quelle est donc la valeur de l'obligation à laquelle je me soumets quand j'agis par devoir ou au nom du devoir ?

La valeur sociale du devoir 

Un premier moment d'une réflexion sur le devoir montrera que la valeur du devoir est d'abord sociale :  la vie en société exige de nous certains devoirs particuliers, comme si la notion d'obligation présente dans le devoir permettait à l'individu de se défaire d'un certain penchant à l'égoïsme et créait les conditions favorables d'une relation à autrui, que celui-ci soit « proche » ( le devoir parental d'éducation par exemple ) ou plus lointain ( le devoir politique comme le vote, qui exige, dans l'absolu, de prendre en compte l'intérêt général et non seulement son intérêt particulier ).

Ainsi, nous obéissons presque par habitude ( « sans effort » selon Bergson ) à un certain nombre de prescriptions morales et sociales, car nous savons intuitivement que toute société humaine repose sur des règles tacitement acceptées. 

Les limites d'une action accomplie par devoir 

Un second moment de la réflexion invitera les élèves à considérer les limites d'une action accomplie par devoir, qui se fonderait seulement sur une sorte d'obéissance non réfléchie, une sorte de « coutume » selon les mots de Pascal.

Suffit-il en effet de croire qu'une chose est juste pour que son accomplissement ait une valeur morale ?

La réflexion que Kant a menée sur le devoir permet alors aux élèves d'avancer dans l'appréhension de la notion  : en effet, Kant a posé une distinction célèbre (voir texte) entre l'action conforme au devoir et l'action par devoir.

Agir par devoir, ce n'est pas seulement accomplir ses devoirs, même si l'accomplissement de nos devoirs a une certaine utilité pour la société, comme nous l'avons montré précédemment.  

Par exemple, l'obligation que des parents ont de subvenir aux besoins de leur enfant, l'obligation que le commerçant a de vendre un produit de qualité à son client, l'obligation que le médecin a d'informer son patient sur son état de santé...

En quoi l'action PAR devoir irait plus loin que le fait d'accomplir son devoir, et posséderait alors une véritable valeur morale ? 

Kant dira que l'action PAR devoir est « pure » c'est-à-dire véritablement désintéressée. Elle a pour seule origine la « bonne volonté », c'est-à-dire la capacité de vouloir ce que nous devons, ce qui signifie que l'homme obéit alors à la loi morale en lui.

Le devoir devient alors le fait de s'obliger soi-même à accomplir une action en ayant comme seule intention et seul motif le respect de la loi morale. Ainsi, avec Kant, la valeur morale d'une action ne repose pas sur son utilité, son efficacité ou le « bénéfice » que l'on peut en tirer. Elle incombe à un sujet libre, c'est-à-dire capable de se soumettre à la loi morale, à l'impératif du « tu dois », impératif qui ne tire pas sa source de l'extérieur (société, mœurs, normes sociales...), mais qui s'exprime au cœur de l'intériorité humaine, dans le rapport intime que l'homme entretient avec sa conscience (voir fiche sur la conscience). 

"qui sauve une vie sauve l'humanité toute entière" extrait du Talmud

Ambivalence de la notion de devoir 

Un dernier moment de la réflexion permet de mettre en lumière avec les élèves la complexité de la notion de devoir, ainsi que son ambivalence.

En effet, il semble bien qu'il y ait devoir et devoir, et que l'idée même d'obéissance ne suffise pas à légitimer la valeur d'une action (on travaillera avec les élèves sur le cas Eichman étudié par H. Arendt dans Eichman à Jérusalem, criminel de guerre nazi ayant soutenu, lors de son procès , avoir agi par devoir ; voir le texte un peu plus bas).

Ce que l'on nomme obéissance peut parfois relever d'une forme de soumission, où l'individu renonce à sa liberté et perd tout sens moral pour des raisons complexes, et en arrive, au nom du devoir, à des actions immorales, inhumaines. 

Ainsi,  la notion de devoir est aussi l'occasion d'ouvrir à une réflexion plus complète sur la liberté, particulièrement sur l'articulation :

Enfin, il convient aussi de se demander si l'homme est vraiment capable d'agir par respect pour la loi morale, encore faut-il être capable de montrer que la loi morale aurait un fondement universel et ne serait pas simplement une construction culturelle, sociale ou historique.

Mise en perspective de la notion

La notion de devoir est souvent croisée avec les autres notions  de la partie du programme intitulée «  la morale ». Confrontée à la notion de bonheur, elle permet de s'interroger sur la valeur de nos actions et de prendre en compte les différentes traditions philosophiques relatives à l'idée de moralité :

Rattachée à l'idée de liberté, la notion de devoir permet de  mieux  appréhender la notion d'obligation et de mettre en valeur l'idée paradoxale qu'une certaine forme d'obligation (et donc d'obéissance) permettrait d'accéder à une forme de liberté : 

Enfin, si l'obéissance aux lois fait partie de nos devoirs, la notion de devoir peut dès lors être rapportée à celle de justice :

Cette question  ouvre à une réflexion sur la légitimité de la désobéissance dans certaines situations.

photo 2

Quelques textes conseillés pour approfondir la notion de devoir 


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie