Remonter

Français

Le langage oral au CM1

L’oral est au cœur de tous les enseignements.

Au cycle 3, les élèves apprennent à écouter, à débattre et à parlerCes trois compétences de langage oral sont travaillées tout au long du cycle 3, avec des supports et des situations d’apprentissage de plus en plus complexes à mesure que les élèves progressent dans le cycle.

Ecouter

Apprendre à écouter pour comprendre

Les élèves écoutent des textes plus longs, regardent des documents vidéo (comme des documentaires).

Ils échangent, débattent, argumentent sur ce qu’ils ont compris, etc….

Ils reformulent dans leurs propres mots les informations qu’ils ont entendues.

Ils font la différence entre le langage écouté (oral) et le langage écrit.

Confrontés à une multitude de textes, ils repèrent les caractéristiques des différents types de discours comme entre un texte qui raconte et un texte qui décrit. 

Dire et parler 

Dès le CE2, les élèves apprennent à exposer leurs idées et à exprimer leurs sentiments.

Cette compétence se travaille à l’école, grâce à des exposés oraux proposés par l’enseignant, en lien avec l’une des disciplines du niveau (exposés en géographie ou en sciences). Ou par le biais de fiches de lecture, qui dans ce cas-là sont avant tout un exercice d’expression orale.

Les élèves doivent s’exprimer avec des phrases correctes et un vocabulaire adapté (parfois travaillé avec l’enseignant au préalable).

Par exemple, dans le cadre de la fiche de lecture, les élèves connaissent le vocabulaire des livres : auteur, illustrateur, genre du livre, édition, collection…

Au cycle 3, votre enfant est capable de présenter un livre avec ou sans support, ou un travail (un exposé) devant un groupe, ou de raconter une histoire, en organisant sa prise de parole.

Il sait exprimer son point de vue et ses sentiments. 

La présentation orale fait l’objet d’un travail de préparation spécifique :

Et lors de la présentation orale, un support écrit est recommandé (affiche, panneau, plan, présentation numérique, etc.) qui facilite la prise de parole. 

De même, des techniques de diction de poèmes et scènes de théâtres sont enseignées en cycle 3.

Les élèves doivent être capables de réciter sans erreur et de manière expressive (en mettant correctement le ton, en respectant les liaisons) une dizaine de textes en prose ou de poèmes (les textes appris sont de plus en plus longs et complexes à mesure que les élèves progressent dans le cycle).

Ne minimisez pas l’intérêt de la poésie ; elle ne doit pas être perçue comme un exercice scolaire ou une corvée pour faire travailler sa mémoire.
Présentez-la plutôt à votre enfant comme une belle rencontre avec un auteur et un texte à la forme différente.
Cela peut d’ailleurs être l’occasion de rechercher quelques informations sur sa vie et les circonstances de l’écriture du poème qui viendront éclairer le sens du texte. 

Je suis toujours ravie lorsque mes élèves reviennent en classe, avec le fruit de recherches complémentaires qu’ils ont menées, à la maison ou à la bibliothèque, sur les poètes étudiés (nous appelons ce moment : « pour faire connaissance avec l’auteur »). J’apprécie aussi beaucoup lorsqu’ils présentent à la classe d’autres poèmes de l’auteur ou sur le même thème.

iStock-454300757

Ces textes appris par cœur peuvent également trouver un écho en rédaction. Votre enfant peut y puiser, des expressions, des tournures de phrases ou des thèmes pour une expression écrite.

En ce qui concerne l’apprentissage du texte lui-même, prévoyez le temps nécessaire pour que votre enfant le mémorise. Un texte de poésie ne peut pas s’apprendre de la veille pour le lendemain.
C’est une fois que le texte est correctement mémorisé que votre enfant peut se concentrer sur le ton et la façon de le faire vivre.

Vous trouverez ci-dessous une grille de critères qui guide les élèves dans leur récitation: 

Les critères d'évaluation lorsque je dis un texte

Quel est l’intérêt d’apprendre par cœur ? Nous vous dirons ce que disait George Steiner 

Un être qui connaît un livre par cœur est invulnérable, c’est plus qu’une assurance vie, c’est une assurance sur la mort !

George Steiner

Participer 


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie