Remonter

Cycle 3

L’enseignement moral et civique au cycle 3 (EMC)

L’enseignement moral et civique a pour objectif de transmettre les valeurs de la République comme le précise le Bulletin Officiel (BO).  L’enjeu de l’enseignement moral et civique est d’apprendre aux élèves à devenir de futurs citoyens engagés et responsables. 

Depuis la rentrée 2015, la matière anciennement appelée « instruction civique et morale » est devenue l'enseignement moral et civique (EMC) avec un nouveau programme, qui concerne tous les niveaux, du CP à la Troisième.

C’est ce nouveau texte qui est dorénavant appliqué dans tous les niveaux de l’école, depuis septembre 2015 - et c'est de ce texte que sont tirées les citations de cette fiche. 

Comme c'était déjà le cas pour l'ancienne matière, l’enseignement moral et civique doit avoir un créneau horaire spécial et inscrit à l’emploi du temps et il ne doit pas se limiter à aborder les seules questions de la vie scolaire. 

Certes, l’élaboration des règles de vie dans la classe et l’école est un moment incontournable pour chaque début d’année. Mais le programme de cet enseignement est bien plus ambitieux : apprendre aux élèves à agir de façon civique et morale à l'école, et faire d'eux de futurs citoyens responsables et engagés dans la société.

Il n'est pas question d'imposer aux élèves des leçons de morale à l'ancienne ou des "modèles de comportement". 
L'enseignement moral et civique a pour but de développer leur esprit critique et leur conscience morale (le bien/le mal, le juste/l'injuste) grâce à l'acquisition d'une « culture morale et civique ».

Cette culture est fondée sur des valeurs, des savoirs et des pratiques :

Vivre ensemble

Les 4 composantes de l'enseignement moral et civique

Tout au long du cycle 3, l'enseignement moral et civique s'articule autour de quatre domaines :

La grande nouveauté de ce programme est l'introduction de l'éducation à la sensibilité, qui aide les élèves à disposer du vocabulaire adapté pour exprimer leur émotion, leur enthousiasme, leur indignation, etc.

Au primaire, l’enseignement moral et civique revient au professeur des écoles pour une heure hebdomadaire, dont la moitié consacrée à des situations pratiques favorisant l’oral.

La sensibilité : soi et les autres 

Les élèves apprennent à mieux se connaître et à respecter les autres. 
 

EMC

Au cycle 3, l’étude de Rembrandt par exemple, l’artiste aux soixante-dix autoportraits permet d’introduire un travail sur l’autoportrait. Les élèves commencent, en binômes, par se décrire mutuellement (la forme des yeux, du nez, de la bouche, du visage, etc.). A l’aide d’un miroir, chacun essaye ensuite de réaliser son autoportrait au crayon à papier, en veillant à respecter les dimensions et les proportions que l’enseignant aura précisées (pour faciliter le travail, l’enseignant peut également fournir à chaque élève une photo de ses yeux, sous forme d’une bande rectangulaire. Les élèves doivent ensuite compléter le visage à partir de cette impulsion de départ). 

Ce travail sur l’autoportrait aide les élèves à prendre conscience de ce qu’ils sont (les traits de leur visage, leur personnalité, tout ce qui constitue leur identité personnelle) et à accepter la différence.

Apprendre à se connaître, c’est également apprendre à identifier ses sentiments et ses réactions, dans diverses situations, et apprendre à les exprimer. En étant capables de les exprimer et de les identifier, les élèves prennent du recul par rapport à leurs sentiments et leurs émotions et sont capables de mieux comprendre ceux des autres. Au cours de l’étude de textes littéraires ou de l’écoute d’œuvres musicales, les élèves se constituent un stock de vocabulaire pour exprimer la joie, la peur, la colère, etc. Ainsi les élèves prennent du recul par rapport à leurs émotions et sont capables de mieux comprendre celles des autres.

Les échanges entre élèves doivent pour cela, se dérouler dans un langage respectueux des règles de la discussion : on attend que l’autre ait terminé de parler, on écoute entièrement son discours… Les élèves apprennent à accepter la différence qu’elle soit physique, sociale ou religieuse. Ils comprennent que ce sont ces différences qui les enrichissent.

Les activités d’EPS permettent aussi aux élèves de développer leur expression corporelle pour communiquer des émotions, de même que les activités artistiques.

A l’école, les élèves apprennent le sens de la solidarité et comprennent qu’aider les autres, partager avec eux, prendre soin d’eux apportent autant à celui qui reçoit qu’à celui qui donne.

C’est le cas par exemple au cours de nombreuses activités d’EPS qui exigent collaboration et entraide, comme les sports collectifs, (le basket-ball, le handball, le jeu des poules-vipères-renards, etc.). Les élèves apprennent à accepter leurs équipiers tels qu’ils sont, avec leurs forces et leurs faiblesses. Ils laissent jouer un partenaire même s’ils savent qu’il ne s’agira pas forcément d’un point gagnant. A l’inverse, un joueur peut décider de céder sa place à un partenaire qu’il sait plus fort que lui. Les élèves mettent tout en œuvre pour la réussite de leur équipe.

La solidarité s’exerce également dans la vie quotidienne à l’école à l’égard des enseignants et de tout le personnel éducatif. Lorsqu’un élève ramasse spontanément un détritus pour le placer dans une poubelle, il fait preuve de solidarité.  

Le droit et la règle : des principes pour vivre avec les autres


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie