Pour pouvoir poser une question, vous devez souscrire à un abonnement familial.
Découvrir l'offre
Pour pouvoir accéder à toutes les questions de parents, vous devez souscrire à un abonnement familial.
Découvrir l'offre
Remonter

Français

Genres et formes de l’argumentation

L’un des grands enjeux du programme de seconde est le travail sur l’argumentation. 

L’intitulé du programme précise « Genres et formes de l'argumentation : XVIIème et XVIIIème siècle ».

L’enjeu est double :

Débat_sur_les_langues_lors_de_la_première_Assemblée_législative_du_Bas-Canada_le_21_janvier_1793-1

Charles Huot, Débat sur les langues

Que sont  « les genres » de l’argumentation ?

La réponse est … tous les genres littéraires !

Le récit, le théâtre, la poésie et bien évidemment l’essai se prêtent à l’argumentation.

L’enseignant consacre généralement au moins une séquence à l’argumentation mais la notion se retrouve souvent dans les autres. Les élèves sont amenés à identifier les démarches caractéristiques de chacun des genres et à prendre conscience qu’un texte littéraire peut s’inscrire dans plusieurs genres.

L'argumentation

Ainsi une tirade extraite de l’oeuvre de Racine relève à la fois du théâtre, de la poésie et de l’argumentation quand le personnage défend par exemple sa conception du pouvoir. Dès qu’il y a conflit au théâtre – ce qui est l’essence d’une pièce, pas de conflit pas d’histoire, il y a argumentation !

Chaque personnage défend ses convictions et cherche à convaincre ou persuader les autres personnages et à travers eux les spectateurs du bien-fondé de sa pensée.

Convaincre ou persuader ?

Quelle stratégies argumentatives sont mises en œuvre ? Souvent et convaincre et persuader, dans des proportions variables. Préciser que convaincre repose sur un appel à la raison et persuader sur un appel aux émotions peut rester abstrait.

Un exemple tiré du quotidien fonctionne assez bien pour l’expliciter aux élèves :

je suis un ado de 15 ans et je demande à mes parents l’autorisation de partir en vacances à l’étranger avec des amis. Une première approche peut rassembler des arguments rationnels : je vais progresser dans une langue étrangère, je vais découvrir d’autres coutumes, je vais gagner en autonomie, etc. Là, je tente de convaincre.

En cas d’échec, je peux tenter la persuasion : les parents des autres ont tous dit oui, vous ne me faites pas confiance, etc. La stratégie repose ici sur les émotions (ici la culpabilité). Le problème est que la persuasion peut n’avoir qu’un effet temporaire : une personne qui a reconnu une idée pour juste rationnellement change elle rarement d’avis.

Une autre façon de présenter une argumentation est la délibération : deux thèses sont envisagées, chacune avec ses avantages et ses inconvénients, ce qui permet au lecteur de réfléchir aux différentes possibilités.

Le travail consiste à amener les élèves à identifier les effets relevant d’une tentative

pour convaincre :

ou pour persuader :

La lecture est réservée à notre communauté

Vous êtes inscrit ? Identifiez-vous ou inscrivez-vous