Pour pouvoir poser une question, vous devez souscrire à un abonnement familial.
Découvrir l'offre
Pour pouvoir accéder à toutes les questions de parents, vous devez souscrire à un abonnement familial.
Découvrir l'offre
Remonter

Philosophie

L'Etat

Cette notion est centrale dans la partie consacrée à la politique ; en série S, elle est en général articulée à la notion de société mais peut faire l'objet d'un traitement spécifique. 

Assez complexe, cette notion demande aux élèves un certain intérêt pour la question politique, et fait appel à leur curiosité intellectuelle et à leur culture générale, en particulier à l'histoire

La notion "Etat"

Au regard de la complexité de la notion d'Etat, on en propose d'abord une définition assez générale.

L'Etat peut être considéré comme l'autorité souveraine s'exerçant sur un peuple et un territoire déterminés. Il apparaît comme l'instance régulatrice de la société, autonome et spécialisée dans le commandement de celle-ci, sans pourtant se confondre entièrement avec elle.

Par la détention du pouvoir politique, l'autorité de l'Etat est supérieure à toute autre forme d'autorité.

L'autorité peut se définir comme la capacité à soumettre la volonté d'un individu, à le faire obéir ; elle implique un rapport hiérarchique reconnu et accepté entre deux individus ou deux partis ; la notion de pouvoir possède une caractéristique supplémentaire, qui s'applique en particulier au pouvoir de l'Etat : il peut faire usage de la force dans certains cas exceptionnels, comme l'affirme M.Weber : 

L'Etat (moderne) possède le monopole de la violence physique légitime 

Le Savant et le Politique, Weber.

D'un point de vue historique, l'Etat est désormais considéré comme l'organe du pouvoir par excellence, le centre de la vie politique moderne.

Il convient cependant de rappeler que l'Etat représente une forme particulière d'exercice du pouvoir politique, un « artifice » construit progressivement par les sociétés humaines, s'inscrivant dans une longue évolution historique et culturelle, ce qui implique que le commandement des sociétés humaines et l'exercice de l'autorité politique ont pu être exercés dans l'histoire sans passer nécessairement par la forme de l'Etat. 

L'Etat, une forme originale de l'exercice du pouvoir politique ?

L'Etat dit moderne possède des caractéristiques particulières, dont l'une, essentielle :

L'Etat est « impersonnel »

La pensée politique moderne repose en effet sur la volonté de distinguer le pouvoir de celui qui l'exerce. Ceux qui sont à la tête de l'Etat ne sont donc que des représentants et des garants du pouvoir politique qui ne leur appartient pas personnellement. Cette impersonnalité implique aussi une continuité dans l'exercice du pouvoir politique : l''Etat devient le « cadre » permanent de l'exercice du pouvoir,  les gouvernants n'étant que des agents passagers de l'exercice de celui-ci. 

A l'origine de l'invention de l'Etat, se trouve probablement le souci :

L'Etat devient progressivement l'instance « extérieure » aux volontés individuelles et pourtant voulue collectivement, et dans laquelle tous les hommes pourraient se reconnaître. 

Les penseurs politiques modernes voient la naissance de l'Etat comme un « artifice ».

Hobbes, dans l'introduction du Léviathan, décrit sa création comme un produit de l'art humain : de la même manière que l'homme crée un automate, c'est-à-dire d'un animal artificiel, il crée, à l'image de sa propre personne une « personne artificielle », l'Etat ou la chose publique  (République). 

Leviathan_L'état

L'Etat est donc une réalité instituée par l'union des volontés particulières reconnaissant sa nécessité et sa légitimité afin de protéger la liberté qui doit constituer la fin ultime du pouvoir politique (voir le texte de Spinoza). Il apparaît ainsi comme la forme la plus rationnelle de l'exercice du pouvoir et de la domination (voir le texte de Weber) 

Si le pouvoir de l'Etat est souverain, il est néanmoins encadré par un certain nombre de dispositifs qui limitent sa puissance, son pouvoir de coercition et une éventuelle dérive absolutiste : 

Il n'y a point de liberté sans lois ni là où quelqu'un est au-dessus des lois 

écrit Rousseau (Contrat social, II, 4)

Le serment du Jeu de Paume_L'état

Le Serment du Jeu de Paume, David

Etat, liberté, individu 

La lecture est réservée à notre communauté

Vous êtes inscrit ? Identifiez-vous ou inscrivez-vous