Remonter

CE2

Langue vivante au CE2

À l'école élémentaire, l’enseignement d’une langue vivante étrangère est prévu dès le CE1.

En arrivant au CE2, les élèves démarrent les apprentissages qui leur permettront en fin de CM2, d’atteindre le niveau de compétence « A1 » du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL). 

Qu’est-ce que le CECRL ?

Depuis 2001, afin de favoriser la reconnaissance des diplômes et des certificats entre ses pays membres, l’Union Européenne a créé des labels correspondant à six niveaux de compétences langagières : A1, A2, B1, B2, C1 et C2.

L’Education nationale a dès lors choisi de caler les apprentissages et les évaluations des acquis de ses élèves, sur ces labels européens.

Ainsi, à l’école, à chaque palier d’évaluation des compétences en langue vivante correspond un niveau du CECRL :

Les labels se poursuivent au-delà du Bac pour l’enseignement supérieur, avec deux niveaux supplémentaires : le C1 et le C2.

Pour connaître en détails les compétences attendues pour chaque niveau du CECRL, vous pouvez consulter le site de l'Education Nationale.

Quelles compétences les élèves acquièrent-ils en CE2 ?

En CE2, les élèves commencent à travailler les cinq compétences à valider pour le niveau A1 :
réagir et dialoguer
comprendre à l’oral
parler en continu
lire
écrire

L'Angleterre

Il s’agit des compétences nécessaires à la « communication élémentaire », comme  le rappelle le socle commun de compétences (compétence n°2 : La pratique d’une langue vivante étrangère).

En CE2, 54 heures annuelles (souvent réparties en deux fois quarante-cinq minutes par semaine) sont réservées à l’enseignement d’une langue étrangère, choisie parmi huit : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, italien, portugais et russe.

Dans 95% des cas, c’est de l’enseignement de l’anglais qu’il s’agit.

Qui enseigne les langues vivantes étrangères en CE2 ?

Depuis 2008, tous les professeurs des écoles sont habilités à enseigner une de ces langues vivantes à l’école, puisqu’ils doivent avoir validé au cours de leur formation, le niveau « B2 » du CECRL, qui correspond au « niveau avancé d’un utilisateur indépendant ». 

Si au sein d’une école, certains professeurs ne sont pas habilités à enseigner une langue étrangère (par exemple, en raison d’un diplôme antérieur à 2008), des « échanges de service » avec un collègue habilité peuvent être organisés : le premier enseignant cède sa place pour l’enseignement de l’anglais et part assurer l’enseignement d’une autre matière dans la classe de son collègue pendant ce temps. 

Des statistiques publiées par le Ministère de l’Education Nationale indiquent qu’en 2012-2013, dans 95% des écoles, ce sont les professeurs du primaire qui assurent eux-mêmes l’enseignement des langues vivantes étrangères. Parfois des maîtres spécialisés en langue vivante peuvent également intervenir à la place de l’enseignant titulaire.

Comment s’enseigne une langue étrangère en CE2 ?

En 2012, ont été publiées des progressions indicatives pour l'enseignement des langues étrangères, afin d’organiser sur le cycle, l’acquisition des connaissances et compétences dans les cinq « activités langagières »

Pour le niveau du CE2, voici les principales connaissances et compétences à acquérir au cours de l’année.

Activités langagières Compétences
Réagir et dialoguer
  • Se présenter : saluer aux différents moments de la journée, donner son nom, son âge, son adresse, son numéro de téléphone ; poser les questions correspondantes. Présenter quelqu’un : interroger sur l’identité d’une personne et utiliser des formules adaptées pour répondre.
  • Demander à quelqu’un de ses nouvelles et réagir interroger et utiliser trois ou quatre formules pour donner de ses nouvelles.
  • Utiliser des formules de politesse élémentaires : accueil, prise de congé, remerciements, souhaits (anniversaire, Noël, nouvelle année, Pâques.)
  • Présenter des excuses : utiliser une formule simple.
  • Épeler des mots familiers : prénom, mot transparent.
  • Répondre à des questions et en poser sur des sujets familiers : formuler questions ou réponses pour exprimer la possession, les goûts, le temps (météo).
  • Répondre à des questions et en poser sur des besoins immédiats : formuler questions ou réponses pour proposer quelque chose,
Comprendre à l’oral
  • Comprendre une quinzaine de consignes de classe simples.
  • Comprendre des mots familiers et des expressions très courantes relatifs à soi-même, exprimés lentement et distinctement.
  • Suivre des instructions courtes et simples relatives aux gestes et mouvements du corps.
  • Suivre le fil d’une histoire simple (comptines, chansons, albums) avec les aides appropriées.
Parler en continu
  • Reproduire un modèle oral : courtes comptines et chansons, date (jour et mois).
  • Utiliser des expressions et des phrases proches des modèles rencontrés pour se décrire.
  • Lire à haute voix de manière expressive un texte bref d’une ou deux phrases après répétition (extrait de discours, de poèmes, de contes ou d’albums).
  • Raconter une histoire courte et stéréotypée travaillée en classe, à l’aide de deux ou trois images.
Lire
  • Comprendre des textes courts et simples (une ou deux phrases) en s’appuyant sur des éléments connus : consignes, lettres, cartes postales, messages électroniques, comptines, chansons...
  • Se faire une idée du contenu d’un texte informatif simple accompagné d’un document visuel : messages, enquêtes, tableaux à double entrée.
Ecrire
  • Copier des mots isolés et des textes très courts étudiés à l’oral : salutations, souhaits, comptines, poèmes, etc. 
  • En référence à des modèles, écrire un message électronique simple ou une courte carte postale (une ou deux phrases).
  • Renseigner un questionnaire très simple comportant des formulations étudiées (par exemple, indiquer son nom, son âge, son numéro de téléphone...).
  • Produire de manière autonome une ou deux phrases sur soi-même.
  • Écrire sous la dictée des mots connus simples.

Les programmes de 2008 précisent que « les activités orales de compréhension et d’expression restent une priorité avec l’objectif constant de l’enrichissement du vocabulaire et de la maîtrise progressive des composantes sonores de la langue » (accentuation, mélodies, rythmes propres à la langue apprise).
De même en grammaire, « l’objectif visé est celui de l’utilisation de formes élémentaires : phrase simple et conjonctions de coordination. L’orthographe des mots utilisés est apprise ».

Il est recommandé que tous ces apprentissages en vocabulaire, grammaire, phonologie ou culture, soient effectués dans le cadre d’activités ou de situations qui aient un sens pour les élèves, afin qu’ils soient naturellement plongés dans la langue étudiée.
Ces situations peuvent être tirées de leur vie quotidienne (le supermarché, la maison, l’école…) ou proposer des comparaisons avec le mode de vie des petits étrangers de la langue enseignée (sports, monuments, gastronomie, civilisation…). Dans tous les cas, plus les situations sont proches d’eux, plus les élèves ont envie d’y prendre part.

De même,  les échanges oraux organisés dans la classe ne doivent pas être limités aux seuls échanges entre l’enseignant et les élèves, par le biais de brefs jeux de question-réponse. Les élèves entre eux, par binômes ou en petits groupes, doivent être incités à s’exprimer et réemployer les éléments de vocabulaire ou les structures syntaxiques appris avec l’enseignant. Ces échanges peuvent passer par le jeu, les chansons, les mimes ou des saynètes ; toute occasion ludique dans laquelle chaque élève trouve du plaisir à intervenir et à dialoguer, quel que soit son niveau.

Il est intéressant de noter que les élèves du cycle 3 sont rarement confrontés à la peur de prendre la parole. Ils n’ont encore que très peu de notion de « bon ou mauvais » accent, ce qui ne freine en aucun cas la prise de parole.

lv1_cycle3

Les programmes insistent également sur les contenus culturels qui doivent figurer dans les enseignements (modes de vie et civilisation) et qui permettent de favoriser  « la compréhension d’autres manières d’être ».

De même, les liens avec d’autres disciplines du primaire doivent être tissés au maximum : géographie, histoire, histoire des arts, pratiques artistiques, etc.

Comment aider votre enfant à la maison ?


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie