Remonter

Français

La Lecture au CM2

Tout au long du cycle 3, les élèves perfectionnent différentes compétences de lecture, à voix haute ou silencieuse, de la simple lecture de consigne à la lecture de textes littéraires.

La lecture à voix haute (préparée)

Au CM2, les élèves sont capables, après préparation, de lire à voix haute, avec fluidité et de manière expressive (en ménageant les pauses attendues à chaque signe de ponctuation et en effectuant les liaisons les plus courantes) un texte relativement long et complexe.

La lecture-compréhension (silencieuse)

Savoir lire, c’est savoir déchiffrer un texte mais c’est également comprendre ce qu’on lit et savoir répondre à des questions sur ce texte. Cette compétence s’acquiert progressivement tout au long du cycle 3.

Les étapes en matière de lecture-compréhension sont extrêmement bien balisées tout au long du cycle :

Depuis le CE2, les élèves sont capables de lire un texte littéraire ou documentaire, et d’en repérer les informations explicites, c’est-à-dire écrites « noir sur blanc » dans le texte.

déchiffrer un texte

C’est ce qu’on appelle la compréhension littérale d’un texte (voir la fiche Lecture au CE2). De quoi parle-t-il ? Qui sont les personnages en présence ? Que se passe-t-il ? Où ? Quand ?...Telles sont les grandes questions auxquelles l’élève doit pouvoir répondre à l’issue de sa (ou ses) lecture(s) silencieuse(s). 

Depuis le CM1, les élèves ont appris à fournir des informations implicites, c’est-à-dire non écrites dans le texte. C’est ce qu’on appelle la compréhension fine d’un texte ou compréhension de l’implicite du texte, de ce qui n’est pas dit. On ne demande surtout pas à l’élève d’inventer des réponses mais de déduire ces informations implicites du texte lui-même. (voir la fiche Lecture au CM1)

Pour améliorer la compréhension fine d’un texte, les élèves sont entraînés à repérer les intentions d’un auteur et les effets créés par son style (exemples : emploi de certains mots, utilisation d’un niveau de langue bien caractérisé…).

Cette étape n'intervient que lorsque le maître a vérifié la compréhension du texte (compréhension littérale et compréhension fine).

C'est alors l'occasion pour chaque élève de comparer son point de vue (son « interprétation » personnelle) à celui de ses camarades, dans le cadre d’un débat (par exemple : « Qu’a voulu dire l’auteur ? Pour quelle raison ?... »).  

Le but de ces débats n’est pas de parvenir à la bonne et unique réponse, mais d’amener les élèves à s’exprimer et à argumenter leur avis, en le justifiant.

L’enseignant veille, quant à lui, à montrer que toutes les interprétations ne sont pas possibles et que certaines amènent à des contre-sens, en contradiction avec le texte lui-même ou notre connaissance du monde (par exemple : telle interprétation est-elle autorisée par le texte ou au contraire rendue impossible ?).

A la maison, n’hésitez pas à faire parler votre enfant, à l'écouter, à débattre avec lui d’un film, d’un dessin animé, d’un livre lu ensemble… Et n’hésitez pas à vous montrer vous-même « lecteur » devant lui ! 

Exemple d'une lecture-compréhension au CM2  


Vous devez être inscrit sur Les Clefs de l’Ecole
pour lire l’intégralité de la fiche pédagogique.

Je m'inscris gratuitement
Je m'identifie